Haut LanguedocDe la "chansons de geste" au système métrique

Balade en Haut Languedoc

 

"Le Haut Languedoc ? ... c'est où ça ? ... c'est dans les Cévennes ? ... euh ... ah c'est sûrement en Occitanie ... mais région Languedoc Roussillon ou région Midi Pyrénées ? (ah zut, peut-être que cette dernière n'existe plus ...)."

Bon, on va dire que c'est un peu tout ça à la fois et pour ceux qui ne peuvent se passer des villes, c'est, à peu près, à 50 km au Nord Ouest de Béziers, entre Castres et Lodève.

Saint Guilhem le DésertNotre route ne passe pas bien loin d'un lieu connu du monde entier et dont le nom est chargé de mystères : Saint Guilhem le Désert !  Peu d'entre nous connaissent, mais nous pressentons un endroit incontournable.

Notre premier arrêt fut pour découvrir le Pont du Diable, Pont du diableparticulièrement impressionnant par son aspect massif. En effet, la légende raconte que le diable avait proposé à Guilhem de construire là un pont très solide en échange de l'âme d'un de ses "chiens de serviteurs". Guilhem accepta et suggéra alors que le premier "être" qui traverserait le pont appartiendrait au diable. Quand ce dernier eut terminé le travail, bien sûr, il réclama son dû. Alors Guilhem ouvrit son manteau et, au delà du pont, lança l'os qu'il avait soigneusement caché. Un chien s'élança et ... le diable compris alors qu'il avait été trompé.  Sa colère fut terrible et il décida de détruire le pont. Cependant, il l'avait construit si solidement qu'il n'y parvint pas ... Aujourd'hui encore des pèlerins lancent des pierres du haut de ce pont  afin que le diable reste bien dans son trou au fond des eaux.

Bon, le réveil a été matinal et c'est l'heure du pique-nique ! ... alors on s'installe au bord du Verdus près du village. Ensuite, en guise de promenade digestive, comment ne pas suivre le "chemin du bout du monde" qui, en effet, nous emmène là où il promet !  Quel lieu incroyable où, au pied des falaises qui nous dominent de quelques 300 mètres, il est réellement impossible d'aller plus loin.  Cirque de l'InfernetLe cirque de l'Infernet (le diable n'est pas loin, je vous dis) nous entoure et même nous encercle ... alors ... revenons au village qui nous parait plus accueillant.

Mais qui était donc ce Guilhem qui devait aimer les déserts?  Et bien c'était un homme bien né : petit fils de Charles Martel (les arabes arrêtés à Poitiers en 732, vous vous souvenez?) et cousin-germain de Charlemagne!  Alors, avec une telle filiation, n'est-ce pas, on est rapidement Vice Roi d'Aquitaine et on continue à combattre les envahisseurs jusqu'en Espagne!  Il faut dire qu'on ne peut pas faire moins lorsqu'on a reçu un tel nom de baptême : Guilhem est un dérivé du nom germanique Wilhem qui signifie "volonté" et "heaume", autrement dit "intrépide chevalier casqué". Chez nous, les Guilhem sont les Guillaume (qui dorénavant seront fiers de la signification de leur nom). Après ses exceptionnels succès , contre toute attente, ce valeureux chevalier décida de se retirer en ces lieux déserts (d'âmes humaines) où la nature puissante et sobre est propice au recueillement. En 804, il fonde le monastère de Gellone aujourd'hui occupé par les carmélites.

Le village est protégé par de nombreux ouvrages médiévauxChâteau des Géants (le Château des Géants, perché sur un escarpement rocheux et dont les ruines se dessinent sur le ciel, est particulièrement impressionnant). Nos pas nous mènent ensuite à la crypte, probablement fréquenté par Guilhem lui-même, Le cloîtrepuis au très beau cloître médiéval. Ce dernier a subit les conséquences de la Révolution, époque trouble où on cassait volontiers les symboles religieux.  C'est ainsi que les statues de l'époque, miraculeusement sauvegardées, sont aujourd'hui dans un musée de New York ... Quel étonnant destin ...  La ballade dans le village -l'un des plus beaux de France, dit-on- est pleine de charme. Sur la place, sous l'impressionnant platane vieux de 150 ans, je ne sais pas si le café était bon, mais le moment, lui, nous l'avons vraiment apprécié. On aurait presque été disposé à écouter les "chansons de geste" (vous savez, celles que ménestrels et troubadours colportaient au Moyen Age). Ces poèmes chantés,  glorifiant les exploits des preux chevaliers, ont largement été inspirés par ceux du Vice Roi d'Aquitaine ...

********************

De Saint Guilhem le Désert au Lac de Laouzas, le GPS de Jacques nous a mené au plus court (?), sur des petites routes départementales (ou chemins vicinaux, oh combien charmants) que nous n'aurions peut-être pas osé prendre avec une carte Michelin sur les genoux. Quelle époque formidable où les satellites nous guident de hameaux en fermes isolées, simplement en écoutant une voix suave digne des meilleures compagnies aériennes.

********************

Dans les années 50 et 60, la France a construit de nombreux barrages hydrauliques. L'énergie, ainsi générée, s'inscrit tout à fait dans une démarche de développement durable. Pourtant, à l'époque, il y a bien eu quelques paysans déplacés, des maisons détruites et noyées et sûrement des indignations et des nostalgies qui se sont exprimées.Lac de Laouzas Là, au Lac de Laouzas, tout semble aujourd'hui apaisé et le tour de cette étendue d'eau nous fait rencontrer quelque bas-fourneaux, mégalithes sculptés, sagnes (petits marais) ou autres souvenirs de "l'enfant sauvage". Nous qui sommes habitués aux rudes sentiers des calanques et collines provençales, nous gouttons avec plaisir la fraicheur des forêts et la douceur du sol sous nos pas. Cependant, notre attention est attirée par de nombreux poissons qui semblent ne pas avoir choisi de finir leur vie sur les cailloux du bord du lac. Carpe du LaouzasDurant notre balade en canoë, nous en avons vu des dizaines, oui, des dizaines ... La responsable du Centre Nautique nous explique leur destin incroyable : victime d'hydrocution !  En effet, il semble que nous soyons à une saison (l'Automne) où l'eau profonde s'est réchauffée tout l'été (très chaud) mais la brusque et récente baisse de température a généré un choc thermique pour ces carpes qui vivent en profondeur mais doivent s'oxygéner en surface ... Voilà donc de gros poissons (10 à 40 kg), objet de pêche plutôt sportive, dans les premières victimes des changements climatiques.

********************

Roc de MontaletLe Roc de Montalet allait nous proposer une promenade dans les brumes matinales. Pas étonnant, il s'agit là d'une montagne sacrée, jadis fréquentée par les druides et, encore récemment, objet de miracles. Au sommet, une imposante statue de la Vierge Marie et un chemin de croix témoignent de fervents pèlerinages encore vivants (pour une fois, en ces lieux, le diable semble ne pas y avoir montré le bout de son sabot ...).

Cependant, ma curiosité et mon humeur taquine m'ont bien fait découvrir que là haut, une jour de 1792, il y eut quelques bagarres ...Un pied  L'histoire est étonnante. A l'époque, il fallait choisir une unité de mesure qui évite la pagaille générée par les comptages en pouces, en yards ou autres milles terrestres. A Paris, on s'exprimait en pieds, en Bretagne en perches et à Marseille, en palmes ! ...  Quant aux canadiens, c'était en verges ...  Alors on venait de définir le mètre, mesure elle aussi liée à la morphologie humaine (du bout de mon nez qui regarde à gauche au bout de mon doigt pointé à droite par exemple ...). Cependant, pour faire accepter ce nouvel "étalon", il fallait une justification scientifique qui mettrait Un poucetout le monde d'accord. Il faut dire qu'à l'époque, il y avait longtemps que les chinois avaient inventé la boussole et qu'au Moyen-Orient on avait adopté le système sexagésimal. Du coup, on avait les 12 h du jour et de la nuit, les 4 points cardinaux et la circonférence divisée en 360°. Par ailleurs, un certain Une vergeErastothèneEratosthène, 200 ans avant JC, affirme qu'il est capable de calculer la circonférence de la terre avec deux bâtons et un chameau ! ...

Diable ! (oh pardon ...)

Ce n'était pourtant pas n'importe qui cet Eratosthène. Il était astronome et Directeur de la grande bibliothèque d'Alexandrie. Certes, à l'époque, on ne savait pas que  la terre était ronde, mais on le pressentait ... et les scientifiques d'aujourd'hui estiment que leur ancêtre ne s'était pas beaucoup trompé sur le résultat.

Pour les 2 bâtons et le chameau, je vous raconterai volontiers l'histoire autour d'un bon verre de vin ... :-)

Voilà, avec tout ça, et bien les explorateurs du 18ème siècle (Bougainville, La Pérouse et les autres ...) utilisaient déjà méridiens et parallèles et savaient parfaitement naviguer avec des connaissances toujours utilisées aujourd'hui. Alors, qu'est-ce qui allait donc mettre tout le monde d'accord sur la définition du mètre ?  Et bien voilà (on n'a guère fait mieux aujourd'hui avec la mesure de la lumière dans le vide absolu ...) :

Le mètre est la 10 000 000 ème partie du 1/4 de la circonférence de la terre

Amen ...

Dunkerque à BarcelonneMais, c'est pas tout ça, encore fallait-il contrôler sur le terrain que les théories  issues des explications ci-dessus n'étaient pas que "vue de l'esprit"! Alors, deux astronomes -Jean Baptiste Delambre et Pierre François Méchain- entreprirent de mesurer la distance entre Dunkerque et Barcelone afin de vérifier toutes ces hypothèses. Ces villes ne sont pas choisies au hasard. En effet, elles sont exactement placées sur un méridien (ligne imaginaire reliant les 2 pôles). Par ailleurs, elles sont distantes d'une valeur définie par un angle sensiblement égal à 9° (le 10ème de 90° qui, lui, défini la distance du pôle à l'équateur). De plus, cette distance Dunkerque-Barcelone est également répartie au Nord et au Sud du 45ème Parallèle (qui, lui, est équidistant du pôle et de l'équateur). Cette dernière caractéristique permet d'éviter les erreurs générées par le fait que la terre est légèrement aplatie aux pôles.

Ouf !

Bon alors, pourquoi une bagarre sur la montagne ?  C'est bien simple, nos astronomes utilisaient des instruments sophistiqués pour l'époque et des Instruments de mesurerepères-jalons, afin de réaliser une "triangulation" (ça c'est une autre histoire que je peux vous raconter devant un deuxième verre de bon vin ...). Afin d'être bien repérés (souvent sur une colline voisine), les jalons étaient surmontés d'étoffes blanches. Ah, funeste erreur ! ... la population qui souffrait déjà des persécutions anticléricales (on était trois ans après la Révolution) et des levées massives de soldats, crut voir dans ces drapeaux blancs, les signes de l'ancien régime déchu ... C'en était trop, bagarres et destructions de matériel ont bien eu lieu là où nous sommes. Ailleurs, d'autres troubles ont certainement eu lieu et le travail de triangulation a ainsi duré 6 ans .

Mètre étalonCependant, ce fut une réussite et 50 ans après, le mètre est adopté définitivement. Aujourd'hui, même si les anciennes mesures sont parfois encore utilisées, le système métrique est la référence officielle dans tous les pays de la planète. C'est une invention française et, sur ce sujet, Le système métriquenotre fierté peut être légitime.

 

Cocorico !

 

********************

Lac du MerleC'est par le Lac du Merle, à peine sorti des brumes matinales et semblant peuplé de monstres antédiluviens, que nous débutons cette dernière journée de rando. Ici, dans le Sidobre, de drôles de rochers arrondis attirent nos regards. Il semble que ces boules de granit aient pour origine un magma qui, il y a 700 millions d'années, n'a pu jaillir, du fait d'une épaisse couche de schiste. L'érosion de l'époque tertiaire a permis au granit d'émerger et le temps a continué à façonner ces formes étonnantes.Peyro ClabadoLes 3 fromages

Dans la forêt, comme les enfants, on tente de découvrir à quel animal, chapeau de curé ou autres  fromages, ces rochers peuvent ressembler. Dans ces jeux juvéniles, j'ai tenté de perdre le groupe, les yeux fixés sur la carte...  Les GPS de nos animateurs eurent tôt fait de nous rappeler à l'ordre. Et oui, il faudra bien que j'admette que les nouvelles technologies, finalement, c'est bien utile ... :-)

La rando s'est terminée par la rencontre avec un cueilleur de champignons à la truculence toute occitane. Bien qu'on l'ait profondément désolé en lui parlant de la mousse sous le chapeau des champignons ("ce sont les parisiens qui parlent comme ça ..."),  il nous expliqua plein de choses ... et là on a bien compris que personne n'était d'accord sur la comestibilité des champignons ... Cependant, la cueillette d'Yvon,  Jean Luc, Robert et de bien d'autres personnes était abondante. Alors, Jacques, lui, a choisi les siens. En effet, sûr de son expérience, notre Président nous a cuisiné pour l'apéro du soir de très beaux bolets et ceps de Bordeaux. A ce jour, on ne déplore aucune perte dans le groupe ... :-)

Merci Jacques, c'était généreux, inattendu et délicieux !

********************

Voilà, le séjour s'est terminé avec "la fête aux choux" à Nages, sorte de kermesse bon enfant à la gloire des produits du terroir. Le jus de pommes était authentique et le miel "toutes fleurs" crémeux à souhait. Le déjeuner fut" le plus chou" qu'on n'ai jamais connu puisqu'il était chou-fleur, chou farci et chou à la crème ... parfait pour la route de l'après-midi.

Nos hôtes d'AzurevaAh j'oubliais !, nos très sympathiques hôtes d'Azureva nous avaient réservé  quelques bonnes soirées musicales ... et Diégo s'est révélé à la hauteur. De Jean Ferrat à ZiziTop, il nous a enchanté et Sport-Nature Carnoux n'était pas à la traîne pour swinguer quelques rocks ou madisons. Qu'est qu'on ne ferait pas pour rester jeunes !

Merci pour votre attention et à bientôt pour de nouvelles aventures

Alain Frébault le 04.10.2015

 

 

Alain Frébault - Conteur des sentiers   Conteur de sentier

   ... c'est quoi ?

   ... c'est qui ?


c'est un tchatcheur de quartier ... à la campagne ...

c'est un rêveur idéaliste qui nous fait partager l'émotion ressentie lorsqu'on découvre les traces que nos ancêtres ont laissé là, au détour du chemin ...

Découvrez le ici ...

Toponymie

Les noms, les lieux que nous rencontrons au cours de nos randos...

 

   Venez les découvrir  

 

Aller au haut