Chapelle St-Andréou l’étonnant destin d’un village, de l’époque de la Gaule à l’ère industrielle.

En cet bel après-midi de fin Mars, la montée est rude jusqu’à la chapelle Saint André.

 

Chapelle St André actuelle.Edifiée au 13ème siècle, elle s’est d’abord appelée « Saint André de Julhan », le seigneur du lieu. La lucarne, à travers la porte nous laisse deviner, en effet, une croix de Saint André, du nom de l’apôtre André crucifié sur une croix de cette forme (X).

Et puis, près de là, nous voici au bord de la falaise à contempler un fabuleux paysage avec le massif de la Sainte Baume en toile de fond. A nos pieds, une jolie vallée parsemée de petites carrières, de vignes et de hameaux : Julhan, Roquefort, La Bédoule …. Manifestement, les hommes ont vécu et travaillé en ces lieux depuis des siècles, mais quel fut leur destin ?

Quelques dizaines d’années avant JC, les romains surveillent ici les Gaulois soutenus, à l’époque, par Massalia. Ah, il y avait plus d’un village gaulois irréductible dans la région ! Alors les Romains construisirent des oppidums, villages fortifiés, dominant la vallée. L’un d’eux s’appelait « Rocca Fortis » au dessus du hameau des Bastides, là où nous avons laissées les voitures.

Voilà donc l’un des plus anciens lieux de vie de cette vallée. Mais il y en a eu bien d’autres ensuite, au fil des évènements jalonnant notre histoire régionale.

Vieux ChâteauDu 5ème au 13ème siècle, période de troubles fréquents, la population avait grand besoin de se réfugier sur les hauteurs et derrière des remparts. C’est ainsi que le castrum « Roche Fortis » s’est développé et semble même avoir été le refuge de la population de Portus Carsisis (Cassis, aujourd’hui). De Roche Fortis, où nous sommes, il reste cette chapelle Saint André mais aussi quelques pierres empilées et des remparts qui évoquent la vie difficile à cette époque - et on nous parle d’insécurité de nos jours ….

Ensuite arrive une période plus calme, époque où probablement fut construit un peu plus bas, à l’Est, un second village (château et ruines du vieux Roquefort), qui fut habité jusqu’au 17ème siècle. Tous ensemble, dans l’après-midi et guidés par Jean Paul , nous tentons d’accéder à ce site … Mais, hélas, l’absence totale d’indications sur le terrain et le manque de temps nous fait rebrousser chemin. Aujourd’hui, pour nous, ces ruines gardent leur mystère, pourtant, elles sont bien là … et maintenant l’envie de les découvrir n’est que plus grande.

Bon, revenons à notre point de vue près de la chapelle Saint André ! Que voit-on à nos pieds ?

L’église Saint Jean Baptiste construite au 18ème siècle trône au milieu du petit village de Roquefort. Manifestement, à cette époque, la population, pleinement rassurée est descendue dans la plaine propice aux cultures et au développement de la vigne. La révolution passe par là et, peu après 1789, le territoire de Julhan est annexé au village (mauvaise période pour les nobles …)

Puis, c’est au 19ème siècle que Benoit Hippolyte de Villeneuve Flayosc fit une découverte qui allait bouleverser le paysage de la vallée. En effet, cet ingénieur découvrit un procédé révolutionnaire de fabrication de la « chaux hydraulique en poudre ». Ce produit était élaboré à partir d’un calcaire argileux (sorte de marne) présent dans la vallée. Après calcination, cette chaux particulière possédait, en la mélangeant avec l’eau, un pouvoir durcissant très élevé. Ainsi, les fours à chaux traditionnels étaient dépassés et on avait là un produit liant dont les performances s’approchaient de celles des ciments actuels. La première usine en France fut donc créée à cette époque près de La Bédoule. Le succès de cette chaux hydraulique fut immédiat et les carrière-usines se multiplièrent dans la vallée. Encore aujourd’hui, on en voit les multiples traces. Cette réussite technique et économique généra un flux d’ouvriers, essentiellement italiens, qui s’installèrent à la croisée des 4 chemins : Cassis-Cuges et La Ciotat-Aubagne. Ainsi fut créé le village de La Bédoule.

Mais, si on comprend bien l’origine du nom de Roquefort (Rocca Fortis) quelle est donc l’origine du nom de La Bédoule ?. Il semble qu’en provençal, cela signifie « cabaret » (ce qui dit long sur les activités nocturnes des ouvriers de l’époque …). On peut donc également en conclure que les bédoulens et bédoulennes sont des fêtards et fêtardes, évidemment …

Usine VilleneuveEglise Sainte RoselineLa fin du 19ème et le début du 20ème siècle connurent l’apogée de la chaux hydraulique. Le village de La Bédoule devint très important et on y transféra école et mairie. Madame veuve de Villeneuve y fit construire l’église actuelle qui devint « Saint Roseline » en 1912 et, peu de temps après, fut créée la commune de Roquefort la Bédoule.

Dans les années 30 la chaux fut remplacée par le ciment et le village, devenu beaucoup plus calme, fut apprécié par quelques marseillais qui y construisirent leurs maisons. Et puis chacun sait ici qu’en 1966 la commune céda une partie de son territoire au bénéfice de Carnoux, mais ceci est une autre histoire …

Voilà donc l’étonnant destin de Roquefort la Bédoule où l’on voit, au fil des évènements guerriers ou économiques, les déplacements successifs de la population.

Et du haut de notre falaise, nous nous surprenons à penser en quoi notre loisir préféré, la randonnée, nous apporte des richesses inépuisables de connaissance. La nature et ses paysages, si on sait les regarder, nous révèlent les traces et le destin des hommes qui y ont vécu, travaillé, aimé et souffert. Quelle émotion de les découvrir de les comprendre et de les partager !

Merci pour votre attention et à bientôt pour de nouvelles aventures.

Alain Frébault le, 18.04.2012

 

Alain Frébault - Conteur des sentiers   Conteur de sentier

   ... c'est quoi ?

   ... c'est qui ?


c'est un tchatcheur de quartier ... à la campagne ...

c'est un rêveur idéaliste qui nous fait partager l'émotion ressentie lorsqu'on découvre les traces que nos ancêtres ont laissé là, au détour du chemin ...

Découvrez le ici ...

Toponymie

Les noms, les lieux que nous rencontrons au cours de nos randos...

 

   Venez les découvrir  

 

Aller au haut