Fondation Vasalery

Sport Nature ... ou ... Sport Culture ?

- une journée à Aix -

 

A la périphérie d'Aix en Provence, sur une bretelle d'autoroute, on était tous passés devant le V de la Fondation Vasarely. Mais qu'aucun de nous n'était venu voir ...

Alors, nous voilà devant l'élégant bâtiment formé de modules hexagonaux peints de motifs très graphiques. C'est en nous rappelant les tendances des années 60 ou 70 que nous entrons donc dans le monde Vasarely. Certes, nous le savions, des travaux sont en cours, certains modules sont inaccessibles, puis la lumière et l'ambiance sont un peu froides et tout cela est accentué par une fraiche température ambiante obligeant même le personnel à porter en permanence une grosse laine.20ème siècle  - Vasarely

 

Cependant, comment rester totalement indifférent devant ces œuvres, à la fois rigoureusement graphiques mais aussi gaiement colorées et surtout monumentales . Souvent le dessin ou, comment dire ? le sujet donne une impression de relief, de troisième dimension et pourtant l'ensemble est parfaitement plan ! Parfois, les compositions, à base de carrés ou de ronds, nous surprennent. En effet, ces derniers sont capables d'apporter une illusion de mouvement à l'intérieur de l'alignement et de la rigueur d'ensemble. Voilà, nous sommes bien dans le monde de l'illusion optique. En effet Victor Vasarely est considéré comme le père de l'Op Art ou " l'Art Optique " et a participé également à "l'Art Cinétique" en proposant l'impression de mobilité.

Zebras - VasarelyCertes, de telles œuvres ne sont pas obligatoirement destinées à nos Pompidou - Vasarelypropres logis. Pourtant, comment ne pas apprécier ces amours de zèbres enlacés. Comment ne pas s'étonner devant le saisissant portrait de Georges Pompidou à Beaubourg, portrait traité uniquement par des lignes verticales de différentes épaisseurs ? Comment ne pas aimer certains dessins aux belles et franches couleurs comme celui qui orne l'une des terrasses d'un hôtel de luxe à Monaco ? Mais, au fait, parmi nous, ceux qui ont choisi de rouler en "Renault", ont-ils conscience d'être propriétaires d'une création Vasarely ? , c'est pourtant le "logo-losange" de la marque .

Vasarely à l'hôtel Lews à Monaco

Bon, après avoir passé un moment avec une forme d'art, résolument contemporaine et abstraite, allons voir un autre novateur de son temps : Paul Cézanne. C'est dans son atelier des Lauves que nous sommes reçus. Cet endroit charmant et ce petit bastidon nous font pénétrer dans l'intimité de l'artiste. Ici tout l'univers de travail a été choisi par Cézanne lui même: la dimension de l'atelier, les Atelier des Lauvesouvertures et la lumière, la couleur des murs, et puis les objets personnels de l'artiste. Quelle émotion de voir la cafetière, le pot de gingembre ou autre compotier ayant servi de modèles aux toiles qui défilent sur l'écran vidéo. Notre hôtesse nous rappelle ce que fut sa vie et pourquoi il n'a pas toujours été apprécié ou reconnu par ses pairs. Certes, il a fait partie du mouvement impressionniste de l'époque mais quand on innove, bien sûr, on peut ne pas être compris. C'est bien plus tard que tout le monde s'est accordé à dire qu'il fut précurseur dans les domaines du cubisme et du fauvisme.

Cette visite enrichissante s'est suivie d'un moment fort, pour qui aime l'artiste et son œuvre. En effet, au sommet

Paul Cézanned'une colline voisine, Paul Cézanne aimait retrouver sa maîtresse préférée : la montagne "Sainte Victoire" ... Et Sainte Victoire - Paul Cézannenous sommes là à contempler le paysage où apparait, majestueuse, cette montagne mythique. Les éclairages ici sont en permanent changement et donc probablement sources inépuisables d'inspirations. C'est là, particulièrement durant les dernières années de sa vie, qu'il peint différentes "Sainte Victoire" en fonction de ses émotions face à son "motif" préféré. Une dizaine de reproductions sur céramique sont, bien opportunément, placés ici afin de donner une présence encore plus forte de Cézanne en ces lieux. Et c'est là, également, qu'un jour de pluie violente, en 1906, il fut pris d'un malaise qui l'emporta quelques jours plus tard. Voilà, merci Monsieur Cézanne, quel bonheur d'avoir passé un moment avec vous !

Bon, c'est pas tout ça, on va quand même faire une petite visite à la charmante ville d'Aix en Provence . En vérité, on pourrait y passer des jours, tant cette ville est chargée d'histoire. Contentons nous d'une heure ou deux de cheminement à l'affut de découvertes parfois inhabituelles ou réjouissantes !

Après qu'ils aient fait quelques misères aux Gaulois (ils ont quand même rasé l'oppidum d'Entremont ...) les Romains établirent un castrum qui fut à l'origine de la ville. Ainsi, on trouve quelques traces romaines dans (ou plus tôt "sous") la cathédrale Saint Sauveur. En effet, dans la nef romane, ont été mis à jour quelques dalles de la "Voie Aurélienne" qui reliait Rome à la Provence. Ce sont également les colonnes d'un temple d'Apollon qui ont été réemployées dans le beau baptistère du 4ème siècle, dans lequel nous pouvons flâner. Ces colonnes sont curieusement Baptistère, cathédrale Saint Sauveurpercées de petits trous qui étaient destinés à placer une tringle supportant un drap afin de préserver l'intimité de la cérémonie du baptême. Les sept sacrements sont représentés sur les toiles alentours. Et, sur l'une d'elles, représentant l'Ordre, on est étonné de voir le Christ donner une clé à Saint Pierre tout en conservant ostensiblement l'autre ... les témoins de la scène en sont stupéfaits ... Au début de la nef gothique, on passe devant la "logette des pestiférés" ... eh oui ... les malheureux étaient en quarantaine, mais personne n'avait eu à cœur de leur interdire complètement ce lieu de culte .

Saint Mitre, cathédrale Saint SauveurA l'extérieur de la cathédrale, sur le tympan, on remarque la statue d'un saint portant précieusement sa tête dans les mains . Renseignements pris, il s'agit de Saint Mitre. La légende dit que ce jeune vigneron vertueux avait tenté de remettre dans le droit chemin son maître aux mœurs dissolues. Ce dernier, indisposé par l'insistance du jeune impertinent, fit trancher sa tête ! Mitre se pencha donc pour la ramasser et se rendit dans l'église Notre Dame de Seds ... pour y rendre son dernier souffle.

Cette ville d'Aix en Provence, de réputation bourgeoise, ne manque pourtant pas de marques, témoins de la révolution. Tout d'abord, un étonnant mausolée laïc érigé en 1792, à la gloire des lois nouvellement établies. En effet, sur le fronton, on peut y lire :

"Sorti d'un cruel esclavage / Je n'ai d'autre maître que moi"

"Mais de ma liberté je ne veux faire usage / Que pour obéir à la loi"

 

C'est Joseph Sec, riche marchand de bois (le marchand de bois sec, évidemment !) probablement bourgeois repenti qui trouva une nouvelle raison de vivre dans les idéologies démocratiques proposées à l'époque. En plus de ce monument, cet homme s'est même procuré une pierre de La Bastille (récemment détruite), afin de la placer sur la façade d'une maison qu'il possédait à proximité. On a pu observer cette pierre en fin d'après-midi, au retour de notre ballade.

Chacun le sait, sur toutes les mairies, on peut lire la maxime "Liberté - Egalité - Fraternité". Voilà un bel héritage de la Révolution ! Mais ici, à Aix en Provence, il fut ajouté deux autres vertus aussi belles : "Générosité" et "Probité". Je ne suis pas sûr qu'il y ait beaucoup d'autres inscriptions de cette nature sur les façades des mairies de notre pays.

Comment ne pas rendre visite à Mirabeau, député du "tiers état" ? Dans la salle des pas perdus du Palais de Justice, il est représenté, le doigt Mirabeauaccusateur, désignant le marquis de Dreux Brézé. Devant l'impertinence de ce dernier, la réplique de Mirabeau est célèbre :

"Nous sommes ici par la volonté du peuple, nous n'en sortirons que par la force des baïonnettes"

On ne peut pas oublier que nous vivons dans un monde sûrement plus enviable que celui de l'ancien régime. Des hommes de courage et de fortes convictions comme Monsieur Mirabeau y ont largement contribué.

On peut rendre hommage aux personnes que l'on admire tout en s'amusant à rappeler des anecdotes humoristiques les concernant. En effet, un révolutionnaire ne pouvait faire l'unanimité dans une société en plein bouleversement. C'est ainsi que la statue de Mirabeau, placée à l'origine dans la cour de l'hôtel de ville, fit l'objet d'une pancarte quelque peu irrévérencieuse :

"Admirez Mirabeau, dans sa pose si fière / Sur son socle de marbre, on vient de le hisser"

"Passant, éprouvez-vous le besoin de pisser ? / Le grand homme du doigt, montre la pissotière"

 

Les autorités de l'époque ont donc, bien sagement, pris la décision de déplacer la statue .

 

Après avoir emprunté des ruelles fort étroites, comme le "Passage Agard" ou la "Rue Esquiché Coude" (très imagé n'est-ce pas ?), on découvre quelques détails architecturaux amusants. Tout d'abord, sur le splendide cours Mirabeau, la façade d'un des plus beaux hôtels particulier de la ville (l'Hôtel de Pontévès) est ornée de puissants Atlantes laissant entrevoir ... quelques poils pubiens ... Ensuite, dans la vielle ville, ce sont plusieurs balustres de fer forgé, qui retiennent notre attention ... Eh oui, la ressemblance avec des sexes masculins en pleine santé est frappante ! Un peu plus loin, sur les murs de l'église de l'ancien Collège Royal-Bourbon, on entrevoit une inscription estompée par le temps. A y bien regarder, elle est en anglais :

"This street off limits for American and Canadian soldiers" (cette rue est interdite aux soldats américains et canadiens).

L'explication est simple. Dans cette rue se situait le Claridge, maison close la plus huppée de la ville. Durant la dernière guerre, le standing de l'établissement ne pouvait donc pas s'accommoder de cette nouvelle clientèle .

Voilà donc quelques découvertes légères, en vérité bien inattendues dans cette belle ville d'Aix en Provence.Fontaine moussue - Aix en Provence

Après avoir trempé la main dans l'eau de la fontaine moussue , on dit qu'elle est à 18°, nous terminons la ballade dans le quartier Mazarin. Il s'agit de l'extension de la ville menée au 17ème siècle, non pas par le Cardinal, mais par son frère, l'archevêque Michel Mazarin. L'architecture y Place des 4 dauphins - Aix en Provenceest franchement Renaissance italienne avec ses magnifiques bâtisses souvent dotées de cours à carrosses . La "Place des quatre dauphins" est au centre de ce quartier organisé en damiers. On a ici une réelle impression d'harmonie. Certes, ce n'est pas la vie et le charme des vieux quartiers aixois mais on ne peut nier là une réelle et noble beauté.

Sur cette "place des quatre dauphins", le sculpteur de la fontaine, Jean Claude Rambot, ne manquait probablement d'humour. En effet, il a été très attentif à ce que le passant ne puisse voir (à quelque angle de vue que ce soit) que 3 dauphins sur les quatre, bien disposés autour de la colonne centrale . Et puis, ces gentils mammifères, il les a affublés d'écailles ... J'ignore si, à l'époque, on savait qu'il s'agit de cétacés dont la peau est lisse, mais qu'importe. Ces dauphins paraissent plutôt sympathiques et donnent même l'impression de sourire aux bonnes blagues de leur créateur .

Voilà, on termine cette journée tout près des décorations de Noël du cours Mirabeau et autour d'un très bon chocolat chaud.

Merci pour votre attention et à bientôt, en 2015, pour de nouvelles aventures.

Alain Frébault le 11 Décembre 2014

 

Alain Frébault - Conteur des sentiers   Conteur de sentier

   ... c'est quoi ?

   ... c'est qui ?


c'est un tchatcheur de quartier ... à la campagne ...

c'est un rêveur idéaliste qui nous fait partager l'émotion ressentie lorsqu'on découvre les traces que nos ancêtres ont laissé là, au détour du chemin ...

Découvrez le ici ...

Toponymie

Les noms, les lieux que nous rencontrons au cours de nos randos...

 

   Venez les découvrir  

 

Aller au haut