Bec de l'Aigle

La Ciotat : vigies et cinéma

Ce jour là, le ciel n'était pas des plus sereins mais ce détail n'est pas de nature à décourager la trentaine de randonneurs que nous étions.

A partir du sémaphore, c'est un sentier tout à fait insolite que nous propose Claude. Souvent au bord de la falaise, nous cheminons en direction de La Ciotat visible en contrebas. Le relief est constitué de "poudingue", sorte de conglomérat de galets solidement liés par un gré particulièrement compact. Il Poudinguesemble qu'il s'agisse là de traces d'anciennes rivières dont les lits ont été bouleversés par les temps géologiques. Ce poudingue offre à notre vue des formes parfois animalières, souvent fantastiques et donne à cet endroit une impression de rudesse sauvage accentuée par un ciel qui s'alourdit.

 

Qu'importe, sur ce chemin chaotique, nous progressons, parfois aidés par quelques cordes ou câbles scellés dans les parois et nous restons prudents sur ces galets, au demeurant parfois glissants. La mer est omniprésente et "moutonne" au large ainsi que devant La Ciotat et ses chantiers. Elle est aussi visible à travers ce relief tourmenté ou à nos pieds, au détour du sentier qui surplombe quelques petites calanques Le trou de Jeannette - La Ciotatagitées et bruyantes avec le vent qui se lève.

Aujourd'hui, ce n'est pas l'idyllique Méditerranée que nous envie les parisiens. D'ailleurs, cela nous rappelle que ces lieux n'ont pas toujours été sereins. Au delà des tempêtes, ce sont des envahisseurs dont il fallait ici se méfier ! C'est ainsi qu'au 14ème siècle fut installé un poste de guet au Cap de l'Aigle, près de l'entrée du port de La Ciotat. Il avait pour rôle de prévenir les habitants de Ceyreste et La Ciotat de l'arrivée des Sarrazins et leurs pillages. En cas de danger, il s'agissait là de faire des fumées le jour ou des feux de branchages la nuit !

Puis, au 16ème siècle, ce poste fut déplacé sur une colline dominant La Ciotat, permettant ainsi une plus large surveillance. Cependant, un peu éloigné de la côte, les observations ne permettaient pas de détecter les navires qui se cachaient au pied des falaises ou dans la calanque de Figuerolles.

Alors, au 18ème siècle, c'est à l'emplacement de la chapelle Notre Dame de La GardeNotre Dame de la Garde (dominant la calanque de Figuerolles) que le guet s'effectuait de manière efficace. Et oui, ND de la Garde comme la Bonne Mère à Marseille, car elle avait la même fonction.

Juché sur le Cap Canaille, le "sémaphore" actuel, lui, a été créé au 19ème siècle par Napoléon et perpétue Sémaphorecette fonction d'observation. A l'époque, on communiquait encore en signaux optiques. Aujourd'hui, bien sûr, radios et radars sont les moyens utilisés. Si les "phares et balises", gérés par le Ministère de l'Equipement, aident le marin dans sa navigation, les sémaphores, eux, gérés par l'armée ("La Marine") ont donc une mission de surveillance et de sécurité civile et militaire. Par exemple, quand un navire est en difficulté, la communication s'effectue en VHF VHF(Very Hight Frequency) et le rôle des sémaphores est de faire intervenir le CROSS -Centre Régional d'Organisation de la Sécurité et des Secours. Chaque skipper, ou commandant de navire, le sait parfaitement : leur VHF est en veille permanente sur le "canal 16".

Ainsi, sur notre petit voilier, si, au cours d'une manœuvre délicate, je tombe à l'eau et que, lâchement, je disparais dans la mer tempétueuse, SNSMElisa se précipitera sur la VHF ... Courageusement, elle lancera un "May Day" et, en retour, le CROSS demandera à tous les navires alentours de porter secours à un héro (évidemment ...). Si, au bout d'un temps certain, je ne réapparais pas entre deux déferlantes, la SNSM -Société Nationale de Sauvetage en Mer- interviendra, ainsi que les hélicoptères ... Voilà, on se sent rassurés ... et on essaie de ne pas être trop souvent maladroit comme certain qui, en rando en plein Marseille, se "double fracture" la cheville.

Donc, nos "précieux" sémaphores qui jalonnent la côte, sont en relations mutuelles et permettent ainsi une réelle sécurité pour tous ceux qui naviguent. A l'Ouest, on trouve celui de Cap Couronne (Martigues) puis l'Espiguette (Camargue). A l'Est, c'est Cap Cépet (Toulon) puis Porquerolles et Camarat non loin de Saint Tropez.

Voilà, nous avons donc sous nos yeux, un site incroyable qui fut, de tout temps, un lieu d'observation de la mer pour la sécurité de tous.

Nous atteignons ND de La Garde, pimpante petite chapelle et son auvent nous abrite de quelques gouttes de pluie. C'est l'occasion d'apercevoir, à quelques centaines de mètres, la maison d'un immense acteur de l'époque de nos parents. Dans les années 30, il a joué sous la direction de Renoir "Boudu sauvé des eaux", "On a purgé bébé" puis avec Marcel Carné "Quai des brumes". Plus tard, ce fut avec Abel Gance "Austerlitz" ou Claude Michel SimonBerry "Le vieil homme et l'enfant". Vous l’avez deviné, il s'agit de Michel Simon.

"je suis né en 1895 et, comme un malheur n'arrive jamais seul, cette année là, les frères Lumière inventaient le cinéma" (et bien oui, "L'arrivée d'un train en gare de La Ciotat" a été projeté, à cette époque, au Théâtre l'Eden de cette même ville.)

Humour et forte personnalité !Maison de M Simon

"… il vaut mieux avoir une sale gueule que pas de gueule du tout." disait-il !

C'est une bastide du 18ème siècle qu'il a réaménagé en y ajoutant une tour construite en galets. Il aimait y passer ses moments de repos ... toujours entouré de joyeuses compagnies féminines. Les anciens de La Ciotat pourraient raconter la magnifique voiture américaine , rose bonbon, remplie de jeunes créatures qu'il présentait comme ses "nièces". C'est dans cette bastide qu'il aimait faire découvrir sa belle collection d'objets érotiques. Le fleuron de cette dernière était une statuette du 18ème siècle, probablement de grande valeur et représentant le Cardinal de Richelieu soulevant sa soutane afin de montrer la partie la moins religieuse de sa personne.

Quel étonnant et attachant personnage !

Aujourd'hui, la bastide a été rachetée par la municipalité et une association a le projet de créer un lieu d'accueil pour jeunes cinéastes.

Voilà, maintenant une bonne pluie nous accompagne sur le chemin qui remonte au sémaphore, sur la crête le vent devient bourrasques, comme pour nous rappeler que la nature, que nous aimons, c'est aussi cela.

Bon, allons vite à la maison, un bon chocolat chaud nous attend ...

Merci pour votre attention et à bientôt pour de nouvelles aventures !

Alain Frébault le 10.02.2015

Alain Frébault - Conteur des sentiers   Conteur de sentier

   ... c'est quoi ?

   ... c'est qui ?


c'est un tchatcheur de quartier ... à la campagne ...

c'est un rêveur idéaliste qui nous fait partager l'émotion ressentie lorsqu'on découvre les traces que nos ancêtres ont laissé là, au détour du chemin ...

Découvrez le ici ...

Toponymie

Les noms, les lieux que nous rencontrons au cours de nos randos...

 

   Venez les découvrir  

 

Aller au haut