Fondation Vasalery

Sport Nature ... ou ... Sport Culture ?

- une journée à Aix -

 

A la périphérie d'Aix en Provence, sur une bretelle d'autoroute, on était tous passés devant le V de la Fondation Vasarely. Mais qu'aucun de nous n'était venu voir ...

Marcel Pagnol

Marcel Pagnol et "La gloire de mon père "

Chacun le sait, dans le premier tome de "Souvenirs d'enfance", intitulé "La gloire de mon père", Marcel Pagnol raconte l'admiration qu'il a eu pour son père après que ce dernier ait abattu, coup sur coup, deux bartavelles !

Si, un jour peu probable, j'écrivais mes souvenirs d'enfance, immanquablement, je penserai à Marcel Pagnol. En effet :

- cet écrivain-cinéaste avait un père instituteur anticlérical ... comme le mien (bien que le mien ait eu de fort bonnes relations avec le curé de notre village ...),

- cet écrivain-cinéaste était de la génération de mon père,

- cet écrivain-cinéaste admire l'adresse de son père à la chasse, comme moi j'admirais mon papa qui, dans le "Foyer Rural" du village, projetait (en 16 mm) les films de Marcel Pagnol ...

Tout ça pour vous dire que, après avoir vu (euh, non, deviné ... ) l'oppidum du Ruissatel, j'étais ravi d'aller découvrir quelques lieux de tournage de films de Marcel Pagnol.

"Un oppidum, des oppida"

... pas très gaulois comme appellation ...

 Le Ruissatel, c'était est le but de notre rando.. Là haut, à 448 m, comme bien souvent au cours de nos ballades, la vue est exceptionnelle. Au pied de la croix on aurait envie de rester là, un bon moment, à essayer de reconnaître, dans la vallée de l'Huveaune, tel ou tel village ou quartier ou à repérer Notre Dame de la Garde et le tout nouveau Stade Vélodrome.

Chapelle Saint-André

Nous en avions entendu parler depuis des années et, en interrogeant autour de moi, je voyais bien que rares étaient les personnes qui l'avaient réellement parcouru. Il faut dire qu'aucun balisage n'indique ce très ancien village en ruine : le "vieux Roquefort". D'ailleurs, il y a un peu plus de deux ans, malgré nos recherches en haut de la falaise et la connaissance du terrain par Jean-Paul, nous n'avions pas trouvé la voie recherchée.


Col Ste Anne - MimetLe mistral s'était un peu calmé (un peu seulement) et après avoir gravi les pentes au-dessus de Mimet, le panorama (quasiment à 360°) devient somptueux. D'un côté, Marseille et sa rade vus de haut, de très haut, avec les îles du Frioul sous un angle inhabituel. Le contre-jour provoqué par le soleil descendant est digne d'une photographie de Gilles Martin-Raget (1). De l'autre côté, l'enchantement continue. On aperçoit les Alpilles, les petit et grand Luberon, le Ventoux et, là tout proche, la majestueuse et mythique Sainte Victoire. A cette heure-ci, les rayons solaires mettent particulièrement en valeur ses reliefs teintés de délicats pastels aux nuances parme.

Tous les noms de lieux-dits ou de quartiers ont une origine ou une histoire. A Marseille, comme partout ailleurs, il peut s'agir d'une activité (ex : La Soude, près de Sormiou), d'un environnement (ex : Les Riaux, signifiant rivières, près de l'Estaque) ou du nom d'une personnalité marquante dans les lieux. La Barasse relève de la 3ème hypothèse.

La journée s’annonce belle, au départ de « Fontaine de Vaucluse », la montée sur le plateau se fait rapidement. Et là, soudain, on découvre ce mur (une portion rénovée en vérité) flanquée de son logo inquiétant : une sorte d’oiseau-épouvantail au long bec. C’est avec émotion que nous longeons cet ouvrage, parfaitement visible malgré son âge et les aménagements ruraux, témoin d’un évènement dramatique qui marque encore les mémoires collectives dans notre région : la peste.
 

 

CorseA la recherche de l'âme corse

"En une semaine, on va faire montagne et mer" nous avait dit Jacques.

"Quoi ? monte-mare ? le GR 20 ? " avons-nous répondu avec effroi ?

"Eh ben oui, le GR 20" nous a-t-il répliqué avec son sourire et sa bonhommie inimitable ... (1)

En vérité, fin connaisseur de nos possibilités et de nos envies, il nous avait préparé un séjour à sa façon. A la fois, là où il pourrait nous pousser à quelques kilomètres de plus ou un peu plus haut, et ici où le sable et l'eau turquoise nous reposeraient de l'effort précédent.

(1) ceci est une fiction - mais oh combien réaliste ! - d'une conversation entendue en réunion de bureau ... :-)

On en parle dans La Provence.

Vallon des martyres

En Janvier 2013, le Conteur de sentier avait déjà parlé du "Vallon des martyrs" et de "Manon des Sources".

 

Aujourd’hui : « séquences émotions »

 

Pour cette première rando de l’année on a repéré, sur notre site préféré : « Vallon des martyrs à Signes » (? …). En ce début d’après-midi, en arrivant dans cette belle forêt de pins non loin du circuit automobile du Castellet un panneau confirmait la destination : « Mémorial national ». Alors, on se doute bien qu’en ce lieu, quelque évènement dramatique a dû se dérouler.

Massif de marseilleveyre

Marseilleveyre

c’est « Marseille voir » ou « Marseille vieux » ?

 

Qui ne connaît ce beau massif au sud de Marseille, point d’entrée des calanques et offrant une vue incroyable qui nous rappelle le bonheur de contempler la nature et la vie qui nous entoure ?

Nul besoin d’être grand érudit pour admettre que l’étymologie de Marseilleveyre ou Béouveyre (les deux plus hauts sommets du massif) est « voir Marseille » ou « belle vue ». D’ailleurs, Wikipedia confirme cela en s’appuyant sur les écrits provençaux de Frédéric Mistral : « Marsiho vèire » … alors si ces deux là le disent, on ne va pas chercher ailleurs, n’est-ce pas ?

Aller au haut