Camargue

Tour de guet et Flamants roses

 

Tout le monde connait la croix camarguaise, c’est ce beau symbole qui nous accompagne aujourd’hui. Elle a été crée il y a 90 ans et rend hommage aux gens d’ici. On y voit l’ancre des pêcheurs, les 3 tridents des gardians, la croix et le cœur témoignent de la foi et de la générosité des camarguais. Alors, évidemment, avec tant d’élégance, les dieux sont avec nous, soleil et petite brise génèrent optimisme et tonus pour la journée.

La Camargue n’est pas envahie par les constructions, chacun le sait, alors quand, au milieu de nulle part, quelques vieilles pierres nous apparaissent, on s’arrête un instant.  Il s’agit Tourvieillede Tourvieille, en effet  au 17ème siècle, plusieurs tours aujourd’hui disparues assuraient une surveillance des lieux. Il faut dire que le delta du Rhône, appelé Camargue, est un  lieu mouvant au gré des crues du fleuve et des tempêtes maritimes. Ainsi, les bras du Rhône se déplacent au fil des siècles, voir des décennies. Aujourd’hui, au départ d’Arles, on distingue le Grand Rhône arrivant à Port St Louis et le Petit Rhône, lui, arrivant aux Saintes  Marie de la Mer. Puis, tout près de nous, se trouve le Vieux Rhône, un ancien lit ensablé de ce fleuve. Tourvieille a été édifié ici où il fallait surveiller et favoriser, sur ce bras du delta du Rhône, le trafic entre fleuve et mer. La bâtisse date de 1607, sculptés dans la pierre, quelques signes et blasons du Roi d’Arles  attestent des autorités de l’époque. Plus tard et jusqu’au début du 20ème siècle, elle abrita une exploitation agricole.

Autres vestiges, autre époque,  près de là on remarque des bunkers allemands datant de la 2ème guerre mondiale. Aujourd’hui, ces constructions,  en partie écroulées, sont le refuge de chauve-souris protégées.

Claude nous l’avait bien dit : « le plus gros dénivelé de la journée, ce sera quand on montera dans les voitures … ». En effet, on marche sur de larges pistes bordées de plans d’eau et de petit canaux appelés « roubines ».Roubines On croise des dizaines de vannes régulant les flux d’eau douce et d’eau de mer dans un système complexe destiné à alimenter rizières et salines. Ce sont les « martelières ».Martelières

L’heure du repas arrive et, évidemment, on cherche un coin bien au soleil, abrité de cette petite brise légèrement fraiche. A notre grand étonnement, c’est, adossés derrière un talus ne dépassant probablement pas 80 cm et quasi allongés dans les salicornes aux couleurs d’automne qu’on trouva notre bonheur.

Juste derrière nous s’étend un lieu unique pour nos beaux Flamants roses. En effet, l’Etang du Fangassier semble être le seul lieu en France de reproduction de ces grands migrateurs. C’est probablement la raison pour laquelle cet endroit est très fréquenté au printemps . 7480 poussins sont comptés en 2015 et 10000 couples en 2016. Un seul œuf est déposé dans un nid de boue (fangass = boue) et c’est chacun à leur tour que femelle et mâle couvent. Le poussin est de couleur grise jusqu’à l’âge de 3 ans et devient rose ensuite du fait de la nourriture riche en carotène et crevettes.

Etang du FangassierLa nidification s’effectue sur les îlots de l’étang afin d’éviter les prédateurs. En effet, l’équilibre est précaire. Au 19ème siècle la construction des digues a réduit les zones humides. Au 20ème siècle la lutte contre les moustiques a réduit la nourriture des volatiles qui maintenant mange les jeunes pousses dans les rizières.Flamants roses  La vie des flamants  roses devient bien difficile. D’ailleurs, en mai dernier beaucoup d’entre eux ont disparu sans qu’on sache vraiment pourquoi. Ont-ils été victimes de l’incursion du renard roux ou ont-ils été perturbés par des survols d’engins bruyants ?

Aujourd’hui, le Parc Naturel Régional de Camargue, soucieux des bons équilibres dans la cohabitation faune, flore et activités humaines, tente de favoriser le retour en masse des flamants roses. Des travaux sont entrepris afin de créer des îlots artificiels bien protégés des prédateurs et des  nids de boue  pour la nidification. Les experts semblent Nids artificielsconfiants dans ces mesures destinées à maintenir les flamants roses en Camargue.

Merci pour votre attention et à bientôt pour de nouvelles aventures.

Alain Frébault le 16.11.2016

 

 

 

 

 

 

Aller au haut