Rivière mystérieuse Le 22 Septembre 2011, Jean Paul et Claude nous avaient concocté une belle balade dans le « Ravin de Gorgue Longue » près de Cassis. Belle occasion de voir ou revoir le fantastique panorama sur le Cap Canaille dominant la baie et faire une pause dans le cadre charmant de la calanque de Port Pin pour terminer en remontant doucement « Gorgue Longue », la bien-nommée, ravin particulièrement sauvage et solitaire.

 Voilà pour « le visible » et ça pourrait largement suffire à nos envies de nature et de découverte de paysages nouveaux. Pourtant, « l’invisible » est tout aussi intéressant, voir passionnant. Ce jour là, l’occasion était de se rappeler l’existence de la « Rivière Mystérieuse » souterraine, cheminant quelque part sous nos pas. Ce bel adjectif de « mystérieux » n’a, à mon sens, aucune co-notation romantique. Je crois qu’il s’agit là simplement de l’expression d’une réalité dont on ne sait, semble-t-il, que bien peu de choses. Cependant, je vais tenter de résumer ce que j’ai entendu et lu sur ce sujet.

Tout d’abord, chacun sait que dans la baie de Cassis, l’eau y est souvent plus froide qu’ailleurs (et là il faut saluer et dire notre admiration aux membres de notre groupe qui, chaque matin, tout au long de l’année, viennent prendre un bain - d’eau glacée en hiver, bien sûr - sur la plage du Bestouan …). Et tout le monde a entendu dire que la cause de ce phénomène est la proximité de grandes profondeurs au large de Cassis (-50 mètres à 1 mile, - 100 mètres à 3 miles, fosse de -1000 mètres à 9 miles …) et aussi et surtout de la présence de sources sous-marines.

Alors, nous y voilà ! … ce domaine des calanques, splendide zone aride (et dangereuse en pleine chaleur d’été) serait drainée par un réseau hydrographique souterrain ?. Et bien oui et les scientifiques appellent « formation karstique » ces massifs calcaires à travers desquels l’eau de ruissellement s’infiltre et génère rivières souterraines et résurgences (le même phénomène est bien connu, par exemple, sur les Causses).

Au-delà de la sensation de fraicheur de l’eau de mer, on peut observer la présence d’eau douce dans la mer. Il suffit pour cela de chausser masque, palmes et tuba et d’observer parfois, dans une eau parfaitement claire, des zones un peu troubles (comme non transparentes, ou plus tôt translucides …). Non, ce n’est pas de la pollution. Ce phénomène est généré par la différence de densité entre eau douce et eau salée avant que ces dernières ne se soient bien mélangées. On observe cela assez fréquemment sur le littoral de Cassis et particulièrement en deux points précis :

  • L’entrée du port sous la petite falaise, face au phare sur la digue (à – 1 mètre)
  • L’entrée de la calanque de Port Miou, sous la falaise, côté Ouest (à - 12 mètres)

C’est, en effet, en ces deux points qu’abouti la rivière souterraine qui, semble-t-il, se sépare en deux bras en amont de ces résurgences.

Alors, que sait-on de cette rivière souterraine ?. Des écrits indiquent que, dans l’antiquité, déjà, les capitaines de vaisseaux avaient connaissance de ces résurgences et venaient s’approvisionner en eau douce. Mais c’est dans les années cinquante que Haroun Tazieff et le Commandant Cousteau s’impliquèrent dans l’exploration de la rivière. C’était une époque où il était estimé que les besoins en eau potable de Marseille et environs seraient de plus en plus grands et la présence d’eau douce abondante à Cassis semblait être une belle solution. Cependant, il fut vite observé que l’eau de la rivière souterraine était encore saumâtre, largement en amont de sa résurgence.

C’est donc dans les années soixante dix que l’idée d’un barrage souterrain et subaquatique a germé. C’est l’époque où la COMEX (recherche sous-marine), la SEM (Société des Eaux de Marseille) et des plongeurs exceptionnels comme Henry Cosquer se sont, à leur tour, impliqués dans ces initiatives. Le barrage fut construit à proximité de la « Cloche 500 » ….. mais qu’est-ce donc ?. Il faut comprendre que la rivière chemine à travers une sorte de longue grotte formée de plusieurs siphons et de grandes cavités. Lorsque ces cavités sont, à peu près, au niveau de la mer (mais très en dessous du niveau du sol, bien sûr), une poche d’air se trouve au dessus de l’eau de la rivière. Donc une de ces poches d’air a été découverte à environ 500 mètres en amont de la résurgence de Port Pin, d’où « Cloche 500 » et a constitué une base technique pour la construction de ce barrage.

Ce dernier avait pour but de stopper la remontée de l’eau de mer dans la rivière souterraine, tout en laissant s’écouler l’eau douce en aval (système de clapets). Ses dimensions ne sont pas anodines : 10 mètres de haut et 28 mètres de long, correspondant à peu près à la section du conduit à cet endroit. Hélas, les tests après réalisation du barrage ont montré que l’eau en amont de ce dernier présentait encore une salinité importante. Ce constat et le développement plus modeste que prévu de Marseille et sa région, ont probablement contribué à ralentir ce projet. Bien sûr, il a été évoqué l’intérêt de la présence abondante d’eau dans une région fragilisée par les incendies. Cependant, il n’y a pas eu, à ma connaissance, de véritable exploitation en ce sens. Il est vrai que les « Canadair » écopant l’eau de mer ont l’efficacité exceptionnelle que nous connaissons.

Voici donc ces deux ou trois choses que je sais de cette « rivière mystérieuse ». J’ai souvent lu que tout le monde s’accorde à dire qu’elle devrait prendre sa source dans le massif de la Sainte Baume et la région de Cuges les Pins. Aujourd’hui, la poursuite des explorations semble se heurter à des limites humaines et technologiques sans véritable enjeu économique. Je crois que l’exploration a été poussée :

  • Jusqu’à -178 mètres (au dessous du niveau de la mer) à 2 km en amont de la résurgence de Port Miou (sous l’Auberge de Jeunesse de La Fontasse)
  • Jusqu’à -33 mètres (au dessous du niveau de la mer) à 3 km en amont de la résurgence du Port de Cassis (sous la piscine et le lotissement du Mussuguet)

Si vous souhaitez en savoir plus, le site www.rivieresmysterieuses.org a été l’une de mes sources de documentation.

Merci pour votre attention et à bientôt pour de nouvelles aventures ….

 

Crédit photos : www.rivieresmysterieuses.org

Aller au haut